Chapitre 8 : Les serments du passé

Quelle ne fut pas la joie d’Hitomi en pénétrant dans le grand salon de retrouver ses anciens amis, ils étaient tous là Mirana, Dryden, Gaddes, Celena et Chid qui était devenu un bel adolescent, Amano et Yukari étaient là aussi, tous discutant tranquillement. Mirana, malgré son gros ventre se pressa pour prendre son amie dans ses bras.

– Hitomi ! Comme je suis heureuse de te voir!

– Mirana, je suis tellement contente de vous retrouver tous ! Mais, dis-moi, tu es enceinte dit-elle fixant le ventre rebondit de la jeune femme!! Je dois dire que la grossesse te va bien.

– Merci Hitomi, c’est mon deuxième, j’espère que ce sera une fille cette fois-ci, viens je vais te présenter notre petit prince Hélios, mon mari tu le connais déjà.

– Je suis ravie de te revoir Dryden !

L’intéressé pris la main d’Hitomi pour y déposer un baiser.

– Moi de même gente dame, tu es encore plus ravissante que dans mes souvenirs! Et ce petit bonhomme qui se cache derrière moi, c’est Hélios.

Hitomi se baissa à hauteur de l’enfant aux cheveux châtain ondulés et aux yeux violets.

– Bonjour jeune homme, je m’appelle Hitomi, je suis une vieille amie de tes parents.

– Oui je sais, ils m’ont souvent parlé de toi… C’est vrai que tu viens de la Lune des Illusions ?

– Oui, c’est vrai, je viens de là-bas comme Amano et Yukari.

L’enfant lui fit  un sourire et retourna à ses occupations de petit garçon. Hitomi se tourna vers Gaddes et Celena pour les saluer. Puis elle constata que Yukari et Amano portaient aussi des vêtements plus adéquats au mode de vie de Fanélia. Quant à Chid il était en pleine conversation sur la terrasse  avec une belle inconnue aux cheveux noirs ondulés et un homme qu’elle supposa être son père vu l’air de famille entre les deux. Hitomi se dirigea vers eux. A quinze ans, le jeune garçon avait déjà fière allure et une belle prestance, sa ressemblance avec son père Allen était de plus en plus frappante.

– Prince Chid, je suis heureuse de vous revoir, vous avez bien grandi depuis la dernière fois.

– Hitomi, moi aussi je suis ravi de votre retour. J’ai toujours su que vous reviendriez un jour.

– Comment se porte le duché de Flied ?

– A merveille ! Certes ce n’est pas toujours facile à mon jeune âge, mais je me débrouille très bien d’après Van. D’ailleurs se serait un plaisir de vous y accueillir à nouveau, la nouvelle Godazim est encore plus belle qu’autrefois.

– Je n’y manquerais pas Duc Chid ! Il n’y a pas à dire vous ressemblez beaucoup à Van quand il avait votre âge!

– Il faut dire que nous avons un parcours à peu près similaire, et nous passons beaucoup de temps ensemble ; son aide et son expérience me sont fort utile. Mais je manque à tous mes devoir, laissez-moi vous présenter la Princesse Ellorâ et son père le Roi Alacor de Valentis.

La jeune femme brune fit une révérence à Hitomi.

– Enchantée Lady Hitomi, j’ai souvent entendu parler de vous, la jeune fille de la Lune des Illusions ! Je vous rencontre enfin, j’en suis honorée. On m’a aussi vanté vos dons, votre soutien sans faille et votre aide au Roi de Fanélia. Pour cela je vous serais toujours reconnaissante.

– Oh et bien merci c’est gentil, balbutia Hitomi, je n’ai fait que ce qu’il me semblait juste… Je ne vous ai jamais rencontré auparavant, êtes-vous une proche du Roi ? S’enquit-elle avec une pointe de jalousie dans le cœur qu’elle ne put réprimer.

– Eh bien en quelques sortes, je suis une amie d’enfance du Seigneur Van, ma mère et la reine Varie étaient très amies et jusqu’à ce qu’elle disparaisse nous venions souvent à Fanélia. Nous avons cessé petit à petit nos visites, cela faisait trop de peine à mère. Mais depuis son décès il y a trois ans, Fanélia et Valentis se sont rapprochées à nouveau et bientôt, ne formeront plus qu’une nation.

– Que voulez-vous dire ? S’enquit Hitomi le cœur serré.

– Vous n’êtes pas au courant ? Le Roi Van et moi allons nous marier la semaine

Le cœur d’Hitomi cessa de battre un court instant… Van allait se marier… Et c’était bien gardé de le lui dire…

– Hitomi, est ce que ça va, vous êtes pâle tout à coup. S’inquiéta Chid.

– Pardonnez-moi, en effet, je ne me sens pas très bien je vais vous laisser.

La jeune femme quitta la terrasse et le salon aussi vite que la bienséance le lui permettait sous les regards inquiets et interloqués de ses amis.

Elle n’arrivait plus à penser, les seuls mots tournant dans son esprit étaient « Van allait se marier ». Arrivée dans le couloir, elle se mit à courir en laissant échapper ses larmes. Sa course la conduisit à l’extérieur dans les jardins du palais, elle prit la direction des tombes royales et s’effondra en pleurs sur celle de Folken.

– Pourquoi m’avoir ramenée ici Folken ? Van n’éprouve-t-il plus rien pour moi ? Il en aime une autre, à quoi joue-t-il ? Comment pourrions-nous battre un quelconque ennemi dans ces conditions ? Je t’en supplie, je veux rentrer chez moi, je n’ai plus rien à faire ici.

 

Lisant un rapport à sa fenêtre entre-ouverte, Van vit une silhouette courir dans les jardins, il reconnut Hitomi instantanément et su que quelque chose n’allait pas. Il enleva sa chemise et déploya ses ailes pour la suivre. Il atterrit à une centaine de mètre d’elle quand il comprit où la jeune femme se dirigeait. Quand il la rejoignit, elle était en pleurs sur la tombe de son frère. Il s’approcha  d’elle et s’arrêta à quelques pas.

– Hitomi ? Qu’y a-t-il, ça ne va pas ?

– Va-t’en Van Fanel, je ne veux plus jamais te voir, d’ailleurs je n’aurais jamais dû revenir !

– Mais enfin vas-tu me dire ce qui se passe !

Hitomi se retourna les yeux rougis par ses larmes.

– Tu oses me demander ça ? Comment as-tu pu te jouer de moi ainsi ? Pourquoi ne m’as-tu rien dit à propos de ton mariage imminent ? Qu’espérais-tu ? Avoir une femme et une maîtresse pour combler tous tes désirs ?

– C’est donc ça…. Écoute Hitomi… Je voulais t’en parler, mais je ne savais pas comment aborder le sujet…et de toute façon ce n’est qu’un mariage arrangé depuis…

– En es-tu vraiment certain ? Ce n’est pas l’impression que m’a donné cette princesse, elle m’a plutôt l’air très attachée à toi !

– Ellorâ et moi sommes juste des amis d’enfance, c’est vrai que nous sommes proches, mais je t’assure qu’il n’y a rien d’autre entre nous.

– Je ne te crois pas, tu as oublié la promesse que l’on c’était faite il y a dix ans ! Sans crier gare, elle gifla violemment le jeune roi. Le son sec et bref retentit dans le silence pesant de la petite clairière.

– Va-t’en laisse-moi seule.

Abasourdis par cette gifle et voyant la fureur dans les yeux d’Hitomi, Van capitula et réprima sa colère.

– Bien comme tu veux, pense donc ce que tu veux, mais saches que tu fais erreur… Dit-il sur un ton sec en faisant volte-face et laissant Hitomi en pleurs.

 

The aston-fassa family
The Aston-Fassa Family

Illustration de Midori-Nor

 

Publicités

Un commentaire sur « Chapitre 8 : Les serments du passé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s