Chapitre 3 : Confidences

Hitomi fut réveillée par la sonnette persistante de la porte d’entrée. Elle s’extirpa de son lit en s’étirant. La nuit avait été mauvaise, elle avait encore fait ce rêve étrange dont la seule chose qu’elle se souvenait à chaque réveil était ces ombres noires comme la nuit inquiétantes, mais elle ne savait pourquoi, elles lui semblaient liées à Gaïa …. Gaïa, cela faisait tellement longtemps qu’elle n’y avait pas songé, déjà dix ans qu’elle avait quitté ce monde étrange. Elle s’interdit d’aller plus loin dans ses souvenirs, ne voulant pas faire ressurgir de vieux démons, hélas trop présents à son goût ces derniers temps.

– Oui, oui voilà ! J’arrive ! Dit-elle en baillant.

A peine eu-t-elle ouvert la porte qu’une tornade aux cheveux roux entra tout en parlant.

– Eh bien quand même ! Ça fait un quart d’heure que je sonne à ta porte, marmotte, il est 10h00 passé !

– Bonjour Yu, qu’est-ce que tu fais là ? Interrogea Hitomi encore dans le brouillard.

– Je t’ai apporté tout ce qu’il faut pour préparer un bon petit déjeuner ! Ça fait plusieurs jours que tu restes terrée dans ton appartement. Depuis mon retour on ne s’est même pas vu ! Tu n’as pas des choses à me dire, par hasard?

– Hé bien … Si c’est à propos d’Isamu, on en parlera après le petit déjeuner, j’ai besoin de me réveiller avant.

– Très bien alors au travail ! Je prépare le tamago onsen et les légumes, toi tu t’occupes du poisson et du riz.

– Très bien chef ! s’exclama Hitomi en enfilant un tablier et donnant l’autre à Yukari.

Elles discutèrent de tout et de rien en préparant le repas et pendant qu’elles mangeaient. Elles prirent ensuite le thé dans le salon confortablement installées sur le canapé.

– Alors, Hito, raconte-moi, que s’est-il passé avec Isamu ?

– Eh bien, il y a quinze jours, il m’a demandé de vivre avec lui.

– Non, sans blague ! Mais c’est génial Hitomi !

– Oui peut-être, sauf que j’ai refusé.

– QUOI !!!! Mais t’es cinglée ! Qu’est ce qui t’as pris ??? S’étrangla Yukari, incrédule.

– Je ne suis pas prête, voilà tout et il l’a très bien compris, il m’a dit qu’il attendrait que je le sois et qu’on en reparlerait quand il reviendra de son voyage d’affaire.

Yukari sonda le regard de sa meilleure amie, elles se connaissaient depuis trop longtemps pour savoir qu’Hitomi ne disait pas tout, il y avait forcément autre chose, son attitude était étrange depuis quelques temps, à rester renfermée sur elle-même ; comme l’année de ses 15 ans, Hitomi lui avait alors dit que c’était à cause d’un chagrin d’amour de vacances.

– Hitomi, je vois bien que quelque chose ne va pas, et je suis certaine que ce n’est pas lié qu’à Isamu… Tu es distante depuis notre retour, je ne t’avais pas vue comme ça depuis… Hé bien dix ans, il me semble. Dis-moi ce qui se passe, je suis inquiète pour toi.

Ce faisant ; Yukari prit les mains de son amie dans les siennes et les serra.

Hitomi regarda ses mains dans celles de son amie, confuse et sentant les larmes monter. Elle ne savait plus elle-même où elle en était … Comment lui dire, qu’elle se sentait perdue, qu’au fond d’elle elle pensait toujours à un autre qu’Isamu? Elle ne comprendrait pas. Puis croisant le regard inquiet et suppliant de Yukari, elle décida de se lancer. Elle prit une profonde inspiration et commença à parler:

– Je ne sais pas par où commencer… J’ai parfois l’impression d’être perdue moi-même… . Depuis qu’Isamu est parti en déplacement, j’ai beaucoup réfléchi et je me suis posée beaucoup de questions sur tout cela. Au fait que je ne voulais pas m’engager avec lui alors que je suis sensée l’aimer et être heureuse de sa proposition. Mais voilà, je me suis rendue compte que je me mentais à moi-même depuis si longtemps et pire, je mens à Isamu, il est tellement gentil et aimant avec moi, il ne mérite pas ça….

Interloquée Yukari lui dit :

– Tu veux dire que tu n’es pas amoureuse d’Isamu ? Pourtant, avant qu’Amano et moi partions en voyage de noce, vous aviez l’air si amoureux et heureux !

– En effet, je me suis persuadée que je l’aimais, alors que c’est un autre que je voulais oublier à tout prix.

– QUOI ???? S’exclama Yukari de plus en plus surprise. Mais qui ça ?

– C’est là que ça devient compliqué… .

Hitomi se demandait comment parler de Van sans évoquer Gaïa à Yukari, si elle le faisait son amie la prendrait pour une folle et ne la croirai pas. Puis elle se souvint de ce qu’elle lui avait raconté il y a dix ans.

– Tu te souviens quand on avait 15 ans, quand j’ai fait ma dépression ?

Yukari acquiesça :

– Oui, j’y pensais justement tout à l’heure, c’était à cause d’une amourette de vacances.

– Ce n’était pas qu’une amourette Yu, j’aime toujours ce garçon. J’ai bien tenté de l’oublier, je croyais avoir réussi, mais depuis quelque temps, je ne fais que penser à lui.

De plus en plus abasourdie par ce que lui confiait Hitomi, Yukari s’exclama de nouveau :

– Mais, alors que vas-tu faire, rompre avec Isamu ? Aller rejoindre cet homme ? D’ailleurs tu ne m’as jamais dit son prénom !!

– Il s’appelle Van. Même si je ne veux pas faire de mal à Isamu, oui, il va bien falloir que l’on se sépare, cette mascarade ne peut plus durer… Mais je verrais ça à son retour. Quand à Van… Pour tout te dire, je ne sais pas si il m’aime encore….Et il ne vit pas au Japon, ce qui ne facilite pas les choses.

– Tu sais maintenant avec internet, c’est plus facile de communiquer.

– Là où il vit, il n’y a pas de réseau… je serais obligée d’y aller si je veux lui parler.

– Hein ???? Tu plaisantes là ? Il vit en Hermite ou quoi ce type !

La remarque fit rire Hitomi :

– Non, je te rassure, c’est juste que dans son pays, ces choses-là ne sont pas encore très développées (et pour cause ! Se dit-elle pour elle-même).

– Tu n’as qu’à lui écrire une lettre !

– Non, vraiment, je crois que j’ai besoin de le voir, pour savoir vraiment, et puis si l’amour que je lui porte n’est plus réciproque ; certes, j’en souffrirai, mais ça me permettra d’avancer et de passer à autre chose en ne me voilant plus la face. C’est surtout ça qui me mine ces derniers temps.

– Ma pauvre chérie, je n’imagine même pas quel enfer ça dû être de garder tout ça pour toi aussi longtemps, je suis heureuse que tu m’en as enfin parlé, même si cela t’as pris dix ans ! La taquina Yukari.

– Pardonne-moi, j’aurais dû te dire tout ça beaucoup plus tôt. Je m’en veux, je sais que tu es ma meilleure amie, mais j’avais peur…Je me sens vraiment idiote.

Yukari prit alors Hitomi dans ses bras.

– Bien sûr que je te pardonne et je ne t’en veux pas, je sais que tu as toujours été beaucoup plus réservée que moi. C’est aussi ça, être une meilleure amie, comprendre l’autre et ne pas la juger. Bon! Maintenant que tu m’as vidé ton sac, tu dois te sentir mieux non ?

– Oui, c’est vrai, j’ai un poids en moins sur le cœur, mais je ne peux m’empêcher d’être un peu inquiète pour la suite.

– Eh bien, pour ne pas trop y penser, tu as besoin de te changer les idées ! Change-toi, on va faire les magasins à Tokyo ! Et demain, on va à la plage tous les trois avec Amano.

– Je ne voudrais pas vous déranger, vous aviez prévu de…

Yukari ne lui laissa pas le loisir de finir sa phrase

– Ta, ta, ta !!! On ne discute pas Melle Kanzaki, c’est un ordre, tu passeras ta journée de demain avec nous! Amano comprendra très bien ! Maintenant, oust ! Va te préparer, c’est un ordre !

Hitomi rit en se levant et tira la langue à son amie tout en allant à sa chambre.

– Bien Madame la commandante !

Mais au fond de son cœur, elle ne pouvait s’empêcher d’être inquiète, non pas à cause d’Isamu, mais de ses rêves, elle savait qu’ils ne présageaient rien de bon pour Gaïa et de ce fait pour Van…

hito&yu
Hitomi et Yukari

Illustration de Midori-Nor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s