Chapitre 6 : Retour à Fanélia

Alors qu’ils s’entrainaient aux sabres dans la cours arrière du château, Allen et Van virent la colonne de lumière frapper la falaise en face d’eux. Ils s’arrêtèrent instantanément de combattre et se regardèrent, interloqués.

– Est-ce que tu crois que c’est elle, Van ?

– Il n’y a un qu’un seul moyen de le vérifier, allons voir !

Ils remirent leurs sabres au fourreau et s’engagèrent dans les jardins du palais pour prendre un sentier escarpé qui s’enfonçait dans le bois royal et menait au sommet de la falaise. Plus ils s’approchaient de leur destination, plus le cœur de Van battait la chamade, plus son esprit était en proie aux interrogations… Pourquoi revenait-elle maintenant, après dix ans d’une interminable absence ? Allait-elle bien ? Etait-elle toujours la même ? Et la question qui le taraudait le plus : l’aimait-elle encore ?

Ils étaient presque arrivés quand ils entendirent des voix.

– On peut dire qu’ils ne sont pas très discrets, en tout cas si c’est Hitomi, elle n’est pas toute seule, ils sont au moins trois. Chuchota Allen.

– C’est bien elle, je reconnaitrai sa voix entre mille, elle n’a pas changé.

Ils se firent les plus discrets possibles pour finir par se retrouver derrière un fourré à quelques mètres du trio.

Allen sortit brusquement du bosquet pour surprendre les trois amis en s’exclament :

– Vous ne trouvez pas qu’il est bien tard pour se promener au bord d’une falaise messieurs, dames ?

Yukari surprise, poussa un petit cri, son mari l’entoura de ses bras comme pour la protéger. Quant à Hitomi, reconnaissant la voix de l’inconnu, elle se retourna avec un grand sourire.

– Je pourrais vous retourner la question Messire Allen Schezar.

– Hitomi, je suis heureux de te revoir, il t’en aura fallu du temps ! Mais au moins il t’a plus que bien profité tu es absolument sublime !

– Et toi tu es toujours aussi charmeur et beau parleur à ce que je vois !

Allen haussa les épaules tout en s’approchant d’Hitomi.

– Que veux-tu, on ne se refait pas !

Il prit Hitomi dans ses bras pour l’enlacer et lui murmura doucement à l’oreille.

– Je savais bien qu’il aurait fallu une cage pour te retenir ici petit oiseau.

– Si tu savais comme je regrette d’être partie… Mais je pense que c’était nécessaire.

– Dit ça à Van, c’est lui qui c’est morfondu le plus de ton absence, N’est-ce pas mon cher ! Dit-il en se retournant vers le bois

Van sortit du fourré en pestant contre Allen et lui lança un regard noir arrivé à sa hauteur puis s’immobilisa à quelques pas d’Hitomi, n’osant s’approcher plus.

– Bonjour Hitomi. Je suis heureux de te revoir.

– Moi aussi Van… Hitomi triturait ses mains en regardant ses pieds, ne sachant comment briser la glace.

Sentant l’atmosphère pesante Yukari décida de dévier la conversation :

– Mon dieu, Hito ! Tu avais dit qu’Amano et cet Allen se ressemblaient, mais je ne pensais pas que c’était à ce point-là !

– Ça fait un choc, n’est-ce pas? Rigola Hitomi, soulagée.

– Ça, je peux pas dire le contraire, à part la couleur des yeux et des cheveux, je jurerai voir mon double avec quelques années de plus. Dit Amano, toujours troublé par la ressemblance.

– Mes amis laissez-moi vous présenter Van Slanzar de Fanel, roi de Fanélia, annonça Hitomi fièrement.

Van fit un signe de tête vers les amis d’Hitomi.

– Enchanté de faire votre connaissance, les amis d’Hitomi sont mes amis, considerez vous à Fanélia comme chez vous.

– Et Sir Allen Schezar, Chevalier Céleste d’Astria !

– En fait non ; l’interrompit Allen. Je ne suis plus un chevalier d’Astria…

Hitomi ouvrit de grands yeux ronds étonnés.

– Vous avez devant vous le nouveau général en chef des armées de Fanélia. Je te raconterais l’histoire un autre jour, ma chère.

Ce faisant, il fit une révérence et prit la main de Yukari pour lui faire un baisemain.

– Allen, Van, je vous présente mes meilleurs amis sur Terre : Yukari et son mari Susumu

– Je ne voudrais pas être impoli, les coupa Van, mais il est temps de redescendre au château, la nuit tombe et le sentier n’est pas des plus praticable dans l’obscurité, je ne voudrais pas que l’un de vous se blesse en tombant.

– Tu as raison j’ouvre la marche, en avant !

Ils redescendirent donc vers la ville sans encombre et dans le silence. Allen ouvrant la marche suivit de Yukari et Amano et, un peu plus en retrait, Hitomi et Van.

Arrivée à l’orée du bois, Hitomi aperçu les tombes royales sur sa gauche et s’arrêta.

– Qui y a-t-il Hitomi, pourquoi t’arrête-tu ? s’inquiéta Van.

La petite troupe stoppa et se retourna aux paroles du jeune homme.

– Je voudrais juste me rendre sur la tombe de ton frère, si tu veux bien.

– Bien sûr, je t’accompagne si tu veux.

Hitomi acquiesça avec un sourire.

– Cela me ferait plaisir.

– Bien, nous, nous filons ! Vous n’aurez qu’à nous rejoindre au château !

– Oui, à plus tard Allen.

Le petit groupe se sépara donc ainsi alors qu’Allen s’éloignait avec Yukari et Amano, celui-ci glissa au jeune couple :

– Ils ont surtout envie d’être seuls ces deux-là, ils ont surement des tas de choses à se dire et dix ans à rattraper si vous voyez ce que je veux dire. Finit-il malicieusement, ce qui fit pouffer Yukari.

Van et Hitomi se dirigèrent vers les tombes royales une fois le trio hors de vue. Arrivée devant les monuments, la jeune femme se lança :

– Ecoute Van, j’avais bien l’intention de revenir pour te parler, mais je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que ce soit aujourd’hui, j’avais prévu mon retour dans une vingtaine de jours. Si je suis ici maintenant, c’est parce que l’on m’y a amené…

– Qu’est-ce que tu veux dire ?

– Eh bien depuis une quinzaine de jours je fais des rêves étranges dont le seul souvenir que je garde en me réveillant ce sont des ombres noires menaçantes, j’étais intimement persuadée que c’était lié à Gaïa. Il ne s’est rien passé d’étrange ici ces derniers temps ?

– Non pas que je sache, à part quelques divergences entre gouvernements et quelques échauffourées entre différentes ethnies, c’est le calme absolu. Tu es vraiment certaine de toi ?

– Maintenant oui, pour la simple et bonne raison que ce soir, pendant que nous étions en train de nous balader avec Amano et Yukari, nous nous sommes fait attaqués par ces ombres mystérieuses, elles poussaient des cris horribles. Nous avons fui jusqu’au temple où tu as tué le dragon… Là, Folken est apparu et nous a amener ici, en le voyant j’ai su que Gaïa était vraiment en danger.

– Mon frère !? Comment ?

– Comme ta mère nous est apparue il y a dix ans… Il m’a dit qu’une menace planait sur Gaïa et qu’il fallait que l’on croie en nous et notre amour… . Je lui ai dit que je serais forte … Mais je ne peux m’empêcher d’être terrifiée par ce qui nous attend… Van, je ne veux pas revivre toutes ces horreurs, j’aurais tellement voulu que nos retrouvailles soient plus joyeuses…

Van s’approcha d’Hitomi et la serra dans ses bras, la jeune femme répondit à son étreinte en laissant couler ses larmes.

– Ne t’inquiètes pas, je serai là pour te protéger et dès demain, je renforcerai les troupes aux postes frontières ainsi qu’à Fanélia.

Elle enfouie son visage au creux de sa poitrine sentant le cœur de Van battre à l’unisson avec le sien, calmée par ces pulsations elle sécha ses pleurs et desserra un peu son étreinte pour regarder Van. Le regard du jeune roi était empli de douceur et d’amour mais aussi d’une certaine inquiétude. Gênée, elle baissa le sien regardant ses pieds et rougit, son cœur battait la chamade. Sentant l’embarras de la jeune femme, Van réprima son envie violente de l’embrasser.

– Tu m’as tellement manqué Hitomi.

– Toi aussi, Van lui répondit-elle timidement, se maudissant dans son for intérieur d’être aussi empotée dès qu’il s’agissait d’exprimer ses sentiments au jeune roi.

– Il se fait tard, les autres vont se demander ce que fait si on tarde plus.

– Oui tu as raison Van, allons-y.

Il lui tendit sa main qu’elle prit, la sentir ainsi dans la sienne la rassurait, elle avait le sentiment que rien ne pourrait les séparer. Cependant, Hitomi avait décidé de ne pas parler d’Escaflowne et de l’énergiste atlante tout de suite, son utilisation la terrorisait, elle savait si bien ce dont le pouvoir de ce peuple et le guymelef légendaire étaient capables.

Allen Schezar et Hitomi Kanzaki
Allen Schezar et Hitomi Kanzaki

Illustration de Midori-Nor

Publicités

4 commentaires sur « Chapitre 6 : Retour à Fanélia »

    1. Ben oui je suis arrivée sur WP , dommage j’aimais bien eklablog, mais le format du blog n’était pas compatible avec les encarts de pubs imposés …. Enfin j’ai trouvé mon bonheur ici et si il arrive qu’il y ai de la pub il me semble que ça reste assez discret…
      Merci aussi de ton aide pour le chapitre 11 , il m’a donné un peu de mal celui-ci…

      J'aime

    1. Bonjour Princiah ; la suite arrive ce soir et merci de ton intérêt pour ma modeste fanfic , c’est encourageant ! J’essayerais d’être plus présente cet été .

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s